Top Menu

Asia-Pacific Socialists Show Solidarity with Thailand’s Red Shirts

 

Thailand: Resolve the Crisis through Democracy, Not Crackdown

10 April 2010

We are deeply concerned over the current situation in Thailand where military-backed Prime Minister Ahbisit Vejjajiva has declared a state of emergency and started a bloody crackdown amidst escalating protests calling for fresh election.

The situation is worrying as the Thai government closes down all opposition media and gives sweeping new powers to the security forces to prepare for a violent crackdown on the Red Shirt protesters.  Thai troops are using excessive force including tanks and live ammunition, against pro-democracy demonstrators in Bangkok.

The United Front for Democracy Against Dictatorship (UDD) or more well-known as the Red Shirts has re-launched massive protests against the military-installed unelected Ahbisit government since last March.  This pro-democracy movement comprised of rural and urban poor, who stand up against the military-back oligarchic rule.

The current crisis unfolded in September 2006, when the military staged a coup against the government of Thaksin Shinawatra, scrapped the 1997 popular Constitution and replaced it with a military-sanctioned constitution.  The royalist Yellow Shirts started to organize fascistic demonstrations when the pro-Thaksin party won in the 2007 election.  The current Ahbisit government was installed by the military after the fascistic mobilizations by the Yellow Shirts and a coup by the court.

The government, the army and the Yellow Shirts are afraid to face real democratic elections, as they know that they would lose since the majority of the poor support the Red Shirts.  Ahbisit and the ruling elite are refusing to call for elections and are trying to buy time and even preparing for a violent crackdown.  It is becoming clear that Ahbisit and the old elite are bringing the country towards a fascist dictatorship.

Thailand has entered a new phase of class war.  The old ruling elite with the backing of the military are using all means to scrap democracy in Thailand.  The pro-democracy Red Shirts comprised of the majority of the working class, peasantry and poor have shown their real popularity and mobilizing strength which has definitely shaken the royalists and the military.  With the broadening of the masses’ support for the Red Shirts, it could be a new and important step in the struggle of the ordinary people in Thailand for the restoration of democracy and social justice.

We call for:

  • The immediate resignation of the military-installed Ahbisit government and the holding of fresh democratic elections.
  • A halt to all forms of violent crackdown against Red Shirt protesters.  Respect the right of the people to organize, to protest and to strike.
  • A halt to the suppression of democratic rights and clampdown on the media.
  • The Thai government to not resort to any military coup.

The current crisis in Thailand only can be resolved through genuine democracy and people’s power.  We extend our support and solidarity to all workers, peasants and poor in Thailand who struggle against the anti-democratic government and for the restoration of real democracy.

Thaïlande: Il faut résoudre la crise par la démocratie, pas par la repression

10 avril 2010

Nous sommes profondément préoccupés par la situation actuelle en Thaïlande où le premier ministre Ahbisit Vejjajiva soutenu par les militaires a décrété l’état d’urgence et a commencé une répression sanglante suite à l’escalade des protestations appelant à de nouvelles élections.

La situation est inquiétante car le gouvernement thaïlandais a fermé tous les médias d’opposition et a donné de nouveaux pouvoirs étendus aux forces de sécurité en vue de se préparer à une violente répression des manifestants chemises rouges.  Les troupes thaïlandaises emploient une force excessive, y compris des chars et des balles réelles contre des manifestants pro-démocratie à Bangkok.

Le Front Uni pour la Démocratie contre la Dictature (UDD), plus connu sous le nom de mouvement des chemises rouges a relancé des protestations massives depuis le mois de mars contre le gouvernement non élu d’Ahbisit installé par les militaires.  Ce mouvement pro-démocratie, composé de pauvres ruraux et urbains, a prit position contre ce régime oligarchique soutenu par l’armée.

La crise actuelle a commencé en septembre 2006, lorsque les militaires ont organisés un coup d’Etat contre le gouvernement de Thaksin Shinawatra, annulés la Constitution populaire de 1997 et l’ont remplacés par une constitution entérinée par eux meme.  Les chemises jaunes royalistes et fascistes ont commencé à organiser des manifestations quand le parti pro-Thaksin a remporté les élections de 2007.  Le gouvernement actuel d’Ahbisit a été installé par l’armée après les manifestations des chemises jaunes fascistes et un coup d’Etat judiciare.

Le gouvernement, l’armée et les chemises jaunes ont peur d’affronter de véritables élections démocratiques, car ils savent qu’ils perdraient, puisque la majorité des pauvres soutiennent les chemises rouges.  Ahbisit et l’élite dirigeante refusent d’appeler à des élections et tentent de gagner du temps et préparent même une violente répression.  Il devient clair qu’Ahbisit et la vieille élite conduisent le pays vers une dictature fasciste.

La Thaïlande a entamé une nouvelle phase de la guerre de classe.  La vieille élite dirigeante, avec le soutien de l’armée essaye par tous les moyens de supprimer la démocratie en Thaïlande.  Les chemises rouges pro-démocratie composé de la majorité de la classe ouvrière, de la paysannerie et des pauvres, ont montrés leur réelle popularité et leur force de mobilisation qui a définitivement ébranlé les royalistes et les militaires.  Avec l’élargissement de l’appui des masses populaires pour les Chemises rouges, ce pourrait être une nouvelle étape importante de la lutte du peuple de Thaïlande pour la restauration de la démocratie et de la justice sociale.

Nous demandons:

  • La démission immédiate du gouvernement d’Ahbisit installé par les militaires et la tenue de nouvelles élections démocratiques.
  • De mettre un terme à toutes les formes de répression violente contre les manifestants chemises rouges.  Respecter le droit du peuple de s’organiser, de protestation et de grève.
  • La fin de la répression des droits démocratiques et de la censure des médias.
  • Au gouvernement thaïlandais de ne pas recourir à un coup d’Etat militaire.

La crise actuelle en Thaïlande ne peut être résolue que par une véritable démocratie et un pouvoir populaire.  Nous étendons notre soutien et notre solidarité à tous les travailleurs, les paysans et les pauvres de Thaïlande, qui lutte contre le gouvernement anti-démocratique et pour la restauration de la démocratie réelle.


Contact: International Bureau, Socialist Party of Malaysia / Parti Sosialis Malaysia (PSM)
Address: No.22A, Lorong Vivekananda, 50470 Brickfields, Kuala Lumpur, MALAYSIA.
Tel: +60-3-22747791, (mobile) +60-19-5669518
Fax: +60-3-87374772
Email: (headquarters) psmhq@tm.net.my
(international bureau) int.psm@gmail.com
Web site: parti-sosialis.org




|
| Print

 


Comments are closed.